image 2.jpg

Labyrinthe végétal. 

La figure du labyrinthe, profondément ancrée dans notre imaginaire, tirerait son nom du palais de Minos, espace clos et inquiétant où se joue le mythe du Minotaure.

 

Au delà de la permanence des formes, l'oeil s'accoutume à leur variation. Nous entrons dans la symbolique du labyrinthe pour en interroger le sens dans un contexte culturel:

 

• le labyrinthe comme une représentation du détour, de l'errance dans les méandres …

• le labyrinthe comme une oeuvre esthétique aux formes régulières, voire symétriques, une figuration du cosmos qui recèle en son coeur un trésor…

• le labyrinthe, motif antique hérité, reproduit et adapté dans les édifices du Moyen Âge ( mise en lien avec l’Hortus conclusus).

 

« L'espace où se meut la vie est une donnée à laquelle elle se soumet, l'espace de l'art est matière plastique et changeante »

 

Henri Focillon

 

« Je méditais sur ma demeure. Toutes les parties de celle-ci sont répétées plusieurs fois. Chaque endroit est autre endroit. il n'y a pas un puits, une cour, un abreuvoir, une mangeoire ; les mangeoires, les abreuvoirs, les cours, les puits sont quatorze [sont en nombre infini]. La demeure a l'échelle du monde ou plutôt, elle est monde. »

 

"La demeure d'Astérion" Jorge Luis Borges (traduction R. Caillois)

 

La nature et le jardin expriment des méandres sur lesquels le jardinier chemine et s’exprime …