Etude Couvent de l'Annonciation_23_edite

222 - Couvent de l’Annonciation.

Paris. 08.

A l’ombre des méditations et des fleurs… 

C’est un jardin secret, lieu de passage de l’Esprit et du Verbe, empli de prière et de silence ; qui se laisse deviner à travers les vitres du déambulatoire de ce couvent parisien…

Une voute de Cornus kousa saupoudrée de fleurs blanches semblables à de délicats flocons de neige accueille. Un parvis de pierres bleues, dont la rigueur et la pureté sont contrariées par de facétieuses topiaires de buis et de Pittosporum se déroulent devant nous. Projeté dans cet univers de charme suranné, où les Osmanthes cadrent de jeunes parterres où se mêlent fougères argentées, hellébores, anémones, digitales et géraniums dans un adorable désordre parmi d’autres, tel que, des érables du japon dont les branches chargées d’or, de vert et de feu se balancent timidement.

Le regard est accroché par se mixage d’architecture contemporain, ou la lumière maîtresse du lieu et cette foisonnante nature donne un ensemble qui nous tirent de nos rêverie nostalgique et ramènent en douceur vers le XXIème siècle : du parterre bucolique émerge une fontaine de zinc aux arêtes lisses et épurées ; plus loin notre regard se laisse flatter par quelques Clematis armendii qui baguenaudent sur les treilles… la symphonie pastorale se pique de modernisme tout en flattant les sens…                 ... de viris, de terra, de natura...

couvent final.jpg
Etude Couvent de l'Annonciation_22_edite
Etude Couvent de l'Annonciation_13_edite

Il s’agissait de composer un lieu dans lequel l’espace du jardin du Cloître était réapproprié par la Communauté.

 

Le Cloître, lieu de tous les instants, d’échanges, de silence, de méditations, de prières… espace consacré.

 

Le Cloître est construit comme la plus traditionnelle des villes sacrées. C’est déjà une Jérusalem céleste, un nouveau monde : les « cieux nouveaux et la terre nouvelle » décrits dans l’Apocalypse au chapitre 21. A la croisée des quatre avenues de l’espace, le puits, un arbre, une colonne, marquent l’omphalos, le centre du cosmos. Par là passe l’axe du monde, cette échelle spirituelle dont le pied plonge dans le royaume des ténèbres inférieures.

 

Dépasser l’aspect esthétique et purement visuel a l’arrière des baies vitrées, ce mouvoir physiquement et spirituellement dans cette enceinte céleste, voici la conviction qui s’imposa a nous. Le Cloître conçu comme un lieu de lumière, ou venir boire la source de l’esprit enflamme le coeur de la vie.

La Communauté étant le point de rencontre entre le bâti / naturel (monde terrestre) et le spirituelle (monde céleste), cela à amené nos travaux vers une libération complète du lieu, traduite par la création d’un parvis sur l’ensemble de l’espace. Adieu toutes allées et bordures cadrant le lieu, ne laissant place qu’à l’esprit…

Le jardin d’un aspect « nature » contraste avec les bâtiments d’architecture contemporaine, le tout créant un liant entre les temps, les époques et les styles : haut du cloitre XVIII ème - bas du cloitre contemporain ; lignes pures en contraste avec des herbes et feuillages frivoles…

Ce Hortus conclusus représentant le jardin secret de l'Église, incarne "la représentation d'un espace idéal où l'homme entreprend une communication privilégiée avec le divin". Il représente le paradis, en fait, plus précisément, son anticipation.

 

Un jardin d’Eden, une Terre promise ou des fleuves de miel, de vin, d’eau et de lait l’irrigue (Exode,13, 5).

Le jardin donnant un rythme au terrestre, les frères donnant un rythme au spirituel.

Etude Couvent de l'Annonciation_24_edite
Etude Couvent de l'Annonciation_14_edite